Mardi, 27 Juin

Dernière mise à jour27/06/2017 11:48:58 AM GMT

Vous êtes ici Articles Stockage interne, SSD

Stockage interne, SSD

Disque dur HGST He10

Envoyer Imprimer

ultrastar archive ha10 w 6001HGST, filiale de Western Digital, livre enfin les premiers exemplaires de disques scellés à l’Hélium. Nous avons fait tourner un He10 dans notre plateforme, et … surtout, n’ouvrez surtout pas votre disque pour avoir la même voix que Zavatta !

SSD Crucial MX300 750Go

Envoyer Imprimer

Une année est passée depuis la sortie du SSD Crucial MX200 et la marque en profite donc pour présenter son successeur, le MX300.

IMGP0983_1

Ce nouveau support de stockage est le premier a employer de la mémoire de type NAND 3D.

Intel 750 Series 400GB

Envoyer Imprimer

En dévoilant le SSD 750 Series, Intel réalise enfin une réelle évolution dans le domaine du stockage interne grâce au protocole NVMe.
IMGP1692Depuis 2003, la norme AHCI est incontournable pour disques durs comme pour les SSD de nos PC et il était grand temps qu’un grand acteur passe à la vitesse supérieure.

Crucial BX200

Envoyer Imprimer

Crucial, l’un des leaders sur le marché des composants à base de mémoire sait se faire remarquer grâce à une stratégie efficace.

IMGP1658 1Après avoir rencontré un franc succès sur grand nombre de SSD dont le MX200 mais surtout avec une nouvelle gamme de produits en entrée de gamme.

OCZ Trion 100 240 Go

Envoyer Imprimer

OCZ tente de revenir sur la scène des SSD. Sous le couvercle, du Toshiba à tous les étages. Mais cela n’est pas une coïncidence. Alors ? Le retour de la vengeance du Vertex a-t-il sonné ? C’est l’heure du test du Trion 100 !

OCZ Trion 100 1

Plextor M6S 256GB

Envoyer Imprimer

Après avoir présenté le SSD M6 Pro, Plextor décline une nouvelle édition économique référencée M6S que nous découvrons en version 256GB.

IMGP1082

Ce nouveau SSD réalise quelques concessions en termes de performance mais conserve la fonctionnalité PlexTurbo dont le rôle est d’utiliser la mémoire vive du PC comme cache et donc d’accélérer considérablement les performances.

Crucial MX200 500Go

Envoyer Imprimer

Un peu plus de six mois après la sortie du SSD MX100, Crucial le leader du SSD à annoncé en janvier dernier le MX200.

IMGP0983_1

Ce nouveau support de stockage s’annonce comme une évolution du MX100 plus performant et endurant.

Plextor PX-256M6Pro

Envoyer Imprimer

Le M6 Pro est le dernier SSD développé par Plextor et nous découvrons cette référence à travers la version 256GB.

IMGP0082

Ce nouveau SSD de classe professionnelle supporte la fonctionnalité PlexTurbo dont le rôle est d’utiliser la mémoire vive du PC comme cache et donc d’accélérer considérablement les performances.

SSD Plextor M6E 128 Go

Envoyer Imprimer
Plextor, géant des dispositifs de stockage depuis 1989 s’est introduit dans le monde du SSD en 2009 grâce à son PX-M1.

Chpeau

A présent et après d’autres modèles (M5P/M5P-ex) dévoile l’un de ses derniers nés : le M6E. 

SSD Sandisk Extreme Pro

Envoyer Imprimer

sandisk-extreme-ssd-review1Accompagnant d’autres produits lors du Computex 2014 de Taïpei, Sandisk dévoile son dernier né, le Sandisk Extreme Pro 480 Go.

Western Digital WD Black²

Envoyer Imprimer

Le WD Black² de Western Digital est un système de stockage pas comme les autres. Son concept unique permettra aux utilisateurs de bénéficier indépendamment d’un SSD de 120GB et d’un disque dur d’1TB dans un boitier 2.5 pouces de 9.5 mm de hauteur seulement.

IMGP9703

Il s’avère comme solution de stockage idéale pour les PC portables n’intégrant qu’un seul emplacement car le WD Black² permet de profiter de la vitesse d’un SSD ainsi que de la capacité de stockage d’un disque dur classique.

Crucial 550 512GB M.2

Envoyer Imprimer

Grâce à l'arrivée du chipset Intel Z97, le format M.2 se prépare à devenir le nouveau standard en termes de stockage interne et Crucial dévoile dès à présent son SSD M550 512GB M.2.

IMGP9586

SSD OCZ Vertex 460 240Go

Envoyer Imprimer

OCZ-Vertex-460Présent lors du CES 2014 à Las Vegas du 7 au 10 janvier dernier, OCZ assimilé Toshiba lançait son dernier né : le Vertex 460, quelles nouveautés méritent donc la sortie de ce nouveau modèle naturellement successeur du Vertex 450 ?

Comparatif SSD Fin 2013

Envoyer Imprimer

Le premier semestre de 2013 a été une période plutôt intéressante côté SSD. Les derniers mois de l'année montrent que la tendance s'oriente vers la généralisation des disques aux alentours de 250Go, devenus accessibles côté tarifs.

SSD 1e semestre (1)

Sandisk Ultra Plus

Envoyer Imprimer

L'Ultra Plus est un SSD que nous n'attendions pas. La gamme de Sandisk n'a, peut-être jusqu'aujourd'hui, pas atteint le même éclat que le savoir faire du constructeur spécialisé et reconnu pour les gammes prémium de ses cartes mémoire.

SanDisk_Ultra_Plus_256_Gb_1

SSD Intel Série 335 240 Go, One NAND to rule them all

Envoyer Imprimer

1030_Intel_011

Intel revient avec une nouvelle gamme de SSD. Sur la place de plus en plus bondée du marché des disques solides grand public, les séries 5xx et 3xx d'Intel représentent souvent un choix de compromis et de confiance : d'une part grâce au positionnement tarifaire de la série 330, mais aussi par la réputation de sérieux du support entourant les produits du fondeur de Santa Clara.

SSD Crucial V4 128 Go

Envoyer Imprimer


Parfois, on découvre un produit dans un moteur de recherches, et c'est son prix qui en fait le premier préjugé. Un SSD Crucial de 128 Go proposé sous la barre des 75 € sans FDP, ça interpelle. Qui plus est, la référence fait étrangement penser au M4. Un petit tour sur la fiche du constructeur nous apprend bien vite que le disque ne dispose pas d'un petit v pour "vélocité" mais plutôt pour "Value". C'est bel et bien l'offre d'entrée de gamme de Crucial.

59hardware

Intel Serie 330

Envoyer Imprimer

Intel revient à la charge après sa très honorable série 520 visant le haut de gamme, en particulier de par l'offre de garantie poussée à 5 ans, et une des offres SandForce les plus fiables connue jusqu'alors.

Cette fois, la série 330 vise le segment ouvrant la gamme aux bourses plus regardantes sur le rapport performances / prix. De fait, le coktail NAND MLC Intel combiné au SandForce SF-2281 est cette fois assortie d'une tolérance de panne réduite à 1,2 millions d'heures, et une garantie "réduite" à 3 ans.

SSD - Plextor M5 Pro 128 GB

Envoyer Imprimer

59hardware

Plextor, c'est une marque de légende chez les vieux briscars. Pour les plus vieux d'entre nos lecteurs, la marque japonaise a surement été longtemps évocatrice de qualité, de graveurs de CD de haut vol, et de SCSI. Résolument en haut du panier, y compris en terme de tarification, les produits Plextor ont marqué toute une génération qui a découvert (souvent au prix fort), les joies du stockage optique de qualité et fiable.

Oui, mais tout cela, c'était il y a maintenant 10 ans. Le marché du stockage optique est en chute libre, bon nombre des acteurs historiques du secteur ont quitté le bateau, comme Sony il y a peu via Optiarc, mais aussi des grands noms pourvoyeurs de "mécaniques" comme Phlips, TEAC, Yamaha, ou Pioneer.
L'époque a changé, mais Plextor a-t-il lui aussi changé pour autant en s'orientant sur le marché florissant et âpre des SSD ? Dans un sens oui, puisque la marque est désormais sous le giron de la joint venture Philips-LiteOn. Les temps changent, mais, espérons-le, pas le savoir faire. Parce qu'au delà de l'aspect mécanique des lecteurs optiques, le firmware constituait un atout phare de fiabilité et de performances en matière de gravure. Bien heureusement, c'est aussi devenu le point névralgique de tout SSD mis sur le marché à ce jour.

5561-1Le packaging du SSD présente trois points clés et important de ce disque. Le format 7mm en lieu et place du 9mm classique des gammes desktop, True Speed (que l'on pourrait plutot rebadger en "Marvell power", nous y reviendrons), et la garantie de 5 ans.

Annoncer la couleur de cette manière, bien que la seconde appellation soit pour le moins obscure et marketing, promet un produit orienté haut de gamme, et surtout, en ligne directe des offres d'Intel et récemment PNY en matière de garantie, et plus généralement des produits embarquant du LSI SandForce, aux performances pour le moins fluctuantes selon les types de données.

Si la vitesse est annoncée comme "authentique", nous l'espèrons surtout stable et homogène, ce que nous ne manquerons pas de vérifier.

M5_PCB_Contrleur

D'autre part, hormis la présence d'un contrôleur Marvell de dernière génération supportant déja la norme SATA 3.1, c'est (enfin) le retour de la NAND Toshiba depuis l'excellent Patriot Wildfire, toujours très vaillant (et rafraichi dans nos benchs avec son dernier firmware) et en capacité de rivaliser avec pas mal de ténors.

M5_PCB_MLC

Ne boudons pas notre plaisir, tant le ménage à trois Micron/Intel/LSI a inondé le marché en 2012, et n'est pas en voie de s'arrêter en si bon chemin.

M5_Naked

Le PCB comme le packaging du SSD respirent la qualité et le souci de la finition. Les coques façon alu brossé, le petit pad de pate thermique sur la face du contrôleur, le souci du détail fait plaisir, et l'on pas l'impression d'avoir acheté une plaquette lab qui branle dans deux tranches de plastique.

Reste à voir désormais si les atours sont à la hauteur des prestations vantées par Plextor, dont le moto est "True as Promised", soit dans une traduction non litérale "Promesses tenues".

True_Protect_Data_Integrity1

Produit testé : Plextor M5 Pro 128 GB (référence PX-128M5P, PCB SSD M3S T1 REV:01)
fleche Firmware livré : 1.0 (version fournie pour le sample par le constructeur)
fleche Taille détectée : 119 Go
fleche Contrôleur : Marvell 88SS9187 (avec 256 Mo de cache en DDR3)
fleche Type de modules NAND : Toshiba (MLC Toggle DDR - TH58TE en 8x16Mo)
fleche Taux de transferts séquentiels déclarés : 540 Mo/sec en lecture, 340 Mo/sec en écritures
fleche Lectures aléatoires (4KB) maximales exprimées en IOPS: 91.000 IOPS
fleche Écritures aléatoires (4KB) maximales exprimées en IOPS: 82.000 IOPS
fleche MTBF annoncé : 2.4 Millions d'heures
fleche Garantie : 5 ans
fleche Bundle : Plaque 3,5", visserie, manuel, Acronis True Image (OEM)

Prix moyen : 160€

Les performances affichées ont été relevées sur les interfaces SATA II et III natives sur les cartes mères suivantes : 
fleche Gigabyte EP35-DS3R (drivers Intel RapidStorage 11.0.0.1032 WHQL) – Q6600@3.29Ghz – 4Go pour le SATA II (port 3)
fleche Gigabyte GA-P67-UD4 (drivers Intel RapidStorage 11.0.0.1032 WHQL) – i5 2500K@2,3Ghz – 2Go pour le SATA III (ports 0 et 1) Toutes deux supportent les commandes TRIM et NCQ. 

Les deux plateformes fonctionnent sous Windows 7 64bits SP1, à jour au 1er septembre 2012.

CrystalDiskMark-en1Nous démarrons avec CystalMark 3.0.1C (x64), dont les résultats ont été collectés en 9 passes sur des échantillons de 4000, 500 et 50 MB remplis de manière aléatoire. Les résultats affichés sont les moyennes des relevés sur chaque contrôleur, pour les 3 échantillons.

AS-SSD est lancé à 3 reprises. Seuls les résultats du troisième test sont relevés.

Le logiciel Anvil Pro est employé dans sa version 1.0.44.336 RC 3. Les tests sont effectués sur des échantillons de 16 et 32 Go compressibles et non compressibles afin de stresser l’unité de stockage. 

Le disque a été soumis à l’équivalent de 90 jours d’écritures aléatoires sous Anvil Pro, à raison des 80 Go journaliers, soit 2,40 To en phases d’écriture / lectures.

CrystalMark est toujours le premier à sortir du placard.

 Plex-Crystal

 

Plex-Crystal-SATA2-3

D'emblée, le M5 Pro annonce la couleur. Outre les débits séquentiels qui, en particulier en lecture, décollent en SATA III, ce sont aussi la lecture et l'écriture aléatoires qui prennent leur envol. Bien lui en fasse, en plus d'être notable, le gain annonce aussi que les spécifications affichées par Plextor ne sont, à priori, pas totalement fantaisistes.

Le développement d'Anvil poursuit son bonhomme de chemin et s'améliore chaque fois en apportant des ajustement utiles. Encore en version Release Candidate, mais toujours diablement efficace, ce dernier va prendre son assise dans nos tests pour appuyer les profils de performances, et remplacer AS-SSD pour une étude détaillée des performances en fonction de la compressibilité des données.

AS-SSD reste à nos côtés tout de même, afin d'harmoniser la comparaison avec les disques précédents, et illustrer les performances en 64 threads.

Sur des données incompressibles

PLEXTOR_PX-128M5P_128GB_16GB-20120910-2126

PLEXTOR_PX-128M5P_128GB_32GB-20120910-2138

Véritable bête noire des contrôleurs LSI SandForce le profil incompressible est un révélateur. Ici, la montée en charge dans les accès aléatoires en 4K est bien maîtrisée et quasi proportionnelle en lecture en fonction du threading. La hausse en matière d'écritures connait un delta de performances moins important, mais démarre d'emblée à un très bon niveau. Quelle que soit la taille du bloc de données, le M5 Pro ne plie pas. 

 Sur des données compressibles à 46%

PLEXTOR_PX-128M5P_128GB_16GB-20120910-2201

PLEXTOR_PX-128M5P_128GB_32GB-20120910-2152

Le disque de Plextor reste inflexible dans le profil applicatif. Le taux d'IOPS dans ce modèle de données renvoie un score identique aux données incompressibles. La poussée à 32Go ne lui fait pas d'ombre. Du tout bon donc.

 Sur les données totalement compressibles

PLEXTOR_PX-128M5P_128GB_16GB-20120910-2214

PLEXTOR_PX-128M5P_128GB_32GB-20120910-2226

Rien de nouveau sous le soleil, l'ampleur et la nature des données ne semblent affecter en aucune manière notre client du jour. On notera néanmoins que le taux d'IOPS en 4K (QD16 ici) renvoyé par Anvil est quelque peu éloigné de celui annoncé par Plextor sur le dos de son packaging. Si le constructeur peut vanter une "True Speed" et des performances soutenues, c'est en particulier déja le cas en QD32 sous CrystalDiskMark (comme annoncé aussi sur le tableau du packaging), mais seul AS-SSD nous permettra de vérifier celà en QD64.

Il reste qu'à une échelle de parallélisation moyenne de 16 threads, le M5 Pro est déja bien au dessus en lecture que tous les SandForce croisés jusqu'ici, et s'il affiche un léger déficit en écriture, il tient ses performances quelle que soit la nature des données lorsque les disques à base de SF-2281 ont tendance à dégringoler.

L'un dans l'autre, l'homogénéité tirée vers le haut et la constance font que dans un profil applicatif à 46% de compressibilité, il ne connait pas de concurrents permettant d'afficher cette constance de performances.

Plex-AS-SSD

C'est désormais un peu plus clair, le Marvell animant le M5 Pro s'exprime particulièrement en haute charge, et la traduction des excellents taux de lecture et écriture en QD64 correspondent à 87609 et 69960 IOPS. Nous sommes désormais non loin des clous annoncés par Plextor, bien qu'en écriture, le taux reste tout de même en retrait par rapport aux 82000 IOPS annoncés en crête.

Revenons à des proportions moins extrêmes et voyons comment le dernier né de Plextor se positionne face à ses aînés.

Plex-Crystal-SATA3

Question débits, s'il brille assez aisément en accès séquentiels, en étant dans un mouchoir de poche avec les meilleurs, il pêche en lecture aléatoire 512Kb. Toutefois, le performances sont soutenues et même remarquables en écritures 512 Kb. C'est quasiment un exploit unique dans ce format où l'exceptionnel taux d'écriture des NAND Samsung permettait à la gamme 830 de faire la nique au reste des disques solides.

Si les accès aléatoire non threadés sont communs, dès la montée en charge, on remarque que le contrôleur Marvell monte directement dans les tours et envoie au tapis sans sommation tous ses rivaux de même taille. Du coup, le 240 Go à 250 € de la série 520 d'Intel paraissent terriblement fades en comparaison.

Plex-Crystal-SATA3-IOPS

La traduction de tout celà en IOPS ne laisse pas plus planer de suspense, le M5 Pro mouline à plein régime. Les 830 et les M4 regardent passer la locomotive. Ce SSD semble aimer la montée en charge, y compris en écritures, pour afficher une progression proportionnelle des performances, lorsque beaucoup d'autres configurations de SSD peuvent creser des écarts importants dans cet exercice, comme les toujours vaillants M4, 830 et Wildfire.

Plex-AS-SSD-SATA3

En mettant tout le monde sur un pied d'égalité à lourde charge et compressibilité nulle, l'élimination des SandForce du panorama en QD64 accentue la domination du M5 Pro. Seuls encore une fois les M4 et 830 restent dans la bataille, accompagnés cette fois du vaillant Wildfire, qui lui aussi, un an après sa commercialisation dans le segment haut de gamme, et quelques firmwares plus loin (ici en 5.0.2) a encore de la ressource pour faire parler sa NAND MLC toggle Toshiba 24nm. Lui aussi assez mal distribué, et pour le coup, proposé à un tarif vraiment très élevé, il fait encore parler la poudre dans les tests de profils applicatifs, ISO et jeux.

Le Samsung 830 à l'ouvrage montre quant à lui sa difficultée, passé le seuil du threading élevé, à maintenir la cadence en écritures aléatoires, grévant fort logiquement l'harmonie générale du disque et les fantastiques capacités de sa NAND en écritures séquentielles.

On l'a sûrement oublié trop vite, mais la NAND Toshiba est trop peu représentée, et est présente indiscutablement dans d'excellents produits, et en l'occurence, on en redemande. Pour le coup, c'est au final l'Intel 520 de 240 Go qui, grand Prince en toutes circonstances, est directement menacé par un disque moitié moins dense.

Plex-AS-SSD-Usure

 Plex-Temps_Acces-Usure

Carton plein pour Plextor dans cet exercice. La variation des performances à plein est pour ainsi dire nulle, et ceci, pour un disque dont la taille reste relativement modeste. De bout en bout, le M5 reste vaillant et offre l'optimum de ses performances.

Plex-tableau-Usure

Après le coup de TRIM des familles, le disque reste bien évidemment égal à lui même.

Plextor-M5P2Plextor n'a pas abusé d'une surchauffe marketing pour valoriser son produit (il faut d'ailleurs déplorer au final le manque de disponibilité du produit, référencé dans une seule échope française sérieuse), et pourtant, ce dernier répond fort bien aux prétentions affichées.

Il surclasse ses concurrents avec panache lorsqu'il s'agit de sortir les muscles en charge threadée intensive, en allant jusqu'à chercher en charge élevée un disque de 240 Go bénéficiant logiquement d'une plus haute densité. Le contrôleur fait une démonstration de maîtrise et d'efficacité qui préfigure un bond des performances dans le bon sens.

Loin des concours de la plus grosse séquentielle, Plextor affiche donc des prétentions réalistes et utiles en mettant à sac quelques hiérarchies bien établies dans le segment, plus accessible que jamais, des 120-128 Go.

Néanmoins, ce disque annonce aussi que l'on est désormais bel et bien passé au seuil où le SATA III creuse un écart important en terme de performances avec le SATA II lorsque le contrôleur et la mémoire sont stressés en accès parallèles. Très clairement, l'orientation du disque pousse à ne le recommander que dans le cadre d'une configuration dont le contrôleur sera apte à en tirer la quintescence.

Son orientation tarifaire le réserve de toutes manières à une clientèle exigeante au regard de ce qui est pratiqué aujourd'hui dans le format 120/128 Go, où les versions en kit assorti d'une suite de migration tournent autour des 120 €. Il faut relativiser du coup plusieurs facteurs. D'une part, un Intel serie 520 disposant d'une garantie équivalente sera juste légèrement moins onéreux, autour des 140 € avec des performances bien ternes face au Plextor. Ajoutons à celà que ce dernier affiche un MTBF de 2.4 millions d'heures à garantie égale d'Intel qui en assure lui pour que pour 1.2 millions d'heures.

m5bgvtzddd5bef6did3s.jpgSi à bundle équivalent nous nous tournons vers les ténors Samsung et Crucial, la barre fléchit à 110-130 €, mais vous passez à une garantie de 3 années. Alors biensûr, nous n'avons pas eu le Vertex 4 (au firmware 1.5) d'OCZ entre les mains, donc nous n'émettrons pas d'avis sur cette offre, mais il est évident que ces deux frères de contrôleurs ne partagent pas le même MTBF ni les mêmes NAND, ce qui n'en fait pas un clône moins cher du Plextor.

Est-il alors réellement si onéreux ? De notre point de vue, pas tant que ça. La double garantie performance excellentes / amortissement du disque sur 5 ans propose une choix qui peut se révéler cornélien, et si jamais il tombe à terme sous les 150 € par effet d'une meilleure disponibilité, c'est sans aucun doute un must-have. Capable de maintenir ses excellentes performantes même quasi plein, le M5 Pro s'est montré grand Prince dans toutes ses prestations, et du coup, résolument "Premium". Si vous décidez de monter une configuration orientée performances à un budget maîtrisé, le choix est alors on ne peut plus raisonable.

Notre conseil : gardez un oeil sur les promotions ou éventuelles baisses de prix si le iota qui le maintient au dessus de la barre psychologique des 150 € (souvenez-vous il y a un an du prix d'un SSD de même taille si cela vous parait encore exagéré), vous ne serez pas déçu.

alt alt
fleche Performances hors pair de bout en bout du disque 
fleche Garantie de 5 ans et un MTBF dimensionné pour 
fleche Finitions de qualité et bundle complet
fleche  Prix un poil au dessus de la norme actuelle 

SSD Crucial M4 128 Go

Envoyer Imprimer

{menu Introduction}

Introduction

Crucial n'est pas le perdreau de l'année en matière de SSD. Filiale directe de Micron Technology, un des plus gros acteurs mondial en matière de semiconducteurs et de mémoire, Crucial pourvoit des solutions SSD embarquant de la mémoire maison synchrone, et un contrôleur dont la parentalité appartient à un autre géant des semiconducteurs et des SoC : Marvell.

 

Ce cocktail est présent sur le marché depuis une année à quelques jours près. Il est légitime de se demander pourquoi s'intéresser à un produit, déja best-seller, et disponible en masse. 

 

La réponse est simple, et elle tient au suivi du produit. Crucial a connu les affres du marché SSD en terme de fiabilité avec le bug des 5200 heures (fixé en une dizaine de jours par un firmware), et est reconnu pour avoir su apporter régulièrement des mises à jours.

 
M4 128Go

Entre bugfixes et optimisations, le M4 de 2011 n'a plus grand chose à voir avec le M4 à jour. Qu'il soit question d'utilisateurs déja possesseurs d'un M4, ou des futurs acquéreurs d'un SSD, une vision rafraichie du produit prend tout son sens une fois le firmware et le produit arrivés à "maturité".
{mospagebreak}
{menu Présentation du produit}

 
Présentation du produit
 
 
disque1.jpg
Produit testé : Crucial M4 - 128 Go
 
fleche Firmware livré : 0309 - flashé en 000F via ISO (procédure non destructive pour le contenu du SSD)
fleche Taille détectée : 119.24 Go
fleche Contrôleur : Marvell 88SS9174-BLD2 accompagné de 256 Mo de DDR3 pour cache d'exécution
fleche Type de modules NAND : MLC Micron 25 nm synchrone [29F64G08CFACB]
fleche Taux de transferts séquentiels déclarés : 415 Mo/sec en lecture, 175 Mo/sec en écritures
fleche Lectures aléatoires (4KB) maximales exprimées en IOPS : 40.000 IOPS
fleche Écritures aléatoires (4KB) maximales exprimées en IOPS : 35.000 IOPS
fleche MTBF annoncé : 1.2 Millions d'heures sur la base d'une endurance calculée à partir de 72 To équivalent à 40 Go par jour pendant 5 années. 
fleche Garantie : 3 ans
fleche Bundle : câble de migration SATA > USB 2.0, logiciel de migration sur DVD, notice
 
Prix moyen : 155 € avec le kit de transfert, autour de 120 € nu.

{mospagebreak}
{menu Protocole de test}

 
Protocole de test
 
Les performances affichées ont été relevées sur les interfaces SATA II et III natives sur les cartes mères suivantes :
 
fleche Gigabyte EP35-DS3R (drivers Intel RapidStorage 11.0.0.1032 WHQL) – Q6600@3.29Ghz – 4Go pour le SATA II (port 3)
 
fleche Gigabyte GA-P67-UD4 (drivers Intel RapidStorage 11.0.0.1032 WHQL) – i5 2500K@2,3Ghz – 4Go pour le SATA III (ports 0 et 1) Toutes deux supportent les commandes TRIM et NCQ
 
Aucune des cartes mères n'utilise le mode RAID (AHCI uniquement), sans Write Back dans IRST.
 
Les deux plateformes fonctionnent sous Windows 7 64bits SP1, à jour au 25 avril 2012.
 
Nous démarrons avec CystalMark 3.0.1C (x64), dont les résultats ont été collectés en 9 passes sur des échantillons de 4000, 500 et 50 MB remplis de manière aléatoire. Les résultats affichés sont les moyennes des relevés sur chaque contrôleur, pour les 3 échantillons.
 
AS-SSD est lancé à 3 reprises. Seuls les résultats du troisième test sont relevés.
 
Le logiciel Anvil Pro est employé dans sa version 1.0.34beta11. Les tests sont effectués sur des échantillons de 1, 4, 8, 16 et 32 Go compressibles et non compressibles afin de stresser l’unité de stockage.
 
Le disque a été soumis à l’équivalent de 90 jours d’écritures aléatoires sous Anvil Pro, à raison des 40 Go journaliers, soit 1,20 To en phases d’écriture / lectures afin de coller aux préconisations de Crucial.
 
{mospagebreak}
{menu Performances sur données mixtes}
Performances sur données mixtes
 
CystalMark va nous donner un premier aperçu synthétique des performances du M4 sur les deux types d'interfaces les plus communes.
 
image_crystalmark_m4.png
 
 
Ce passage n'est pas inutile. On remarque un comportement assez disparate entre le SATA II et le SATA III en lecture aléatoire avec un lourd avantage du SATA III. Autant en QueueDepth peu profonde, tout est d'équerre, autant lorsque la profondeur augmente, patatra, le SATA III prend un gros coup de fouet alors qu'en SATA II on stagne très loin des limites de l'interface.
 
Crucial a retravaillé son firmware en août dernier pour palier à des soucis de négociation sur le SATA II. Peut-être reste-t-il quelques légers soucis en la matière.
 
Il reste qu'en terme de débits en lecture aléatoire en SATA III, c'est du tout bon, que ce soit en 4K QD1 ou QD32, et tout à fait en phase avec les récents disque sous SandForce embarquant de la mémoire synchrone.
 
 
image_crystalmark_sata_ii_sata_iii_iops.png
 
 
Côté IOPS, même cause, mêmes effets sur le différentiel entre les deux interfaces. Les résultants en QD32 sont très très bons, qu'il soit question de lecture ou d'écriture. On reconnait sans peine en QD1 la présence de mémoire synchrone en affichant des résultats très similaires à ce qu'on peut croiser sur des disques SandForce embarquant de la mémoire Intel/Micron de même type.
 
On voit très clairement que sur le cas CrystalMark que le fer de lance de Micron renvoie à la fois résultats qui ne collent pas aux specs affichées sur la fiche constructeur, mais qu'en plus, il délivre déjà les performances de crête. Très encourageant !
 
{mospagebreak}
{menu Anvil}
Anvil
 
La compressibilité des données est une problématique forte dans le domaine des SSD en grande partie à cause de la quantité de produits architecturés autour des contrôleurs LSI customisés de manière logicielle. La présence d'une solution pas totalement "in house" pour les M4, bien que peu présente en réalité autre part que chez Crucial et Intel pour sa série 510, permet de remettre à plat les avantages réels de la logique SandForce.
 
De même, Crystal Mark et AS-SSD, aussi pratiques qu'ils soient pour donner une vue synthétique des performances, ne travaillent que sur des tailles de fichiers limitées. Anvil permet d'écarter cette limite.
 
Voyons comment se comporte le Marvell 88SS9174 sur des gros blocs de données à la compressibilité variable.

Sur un échantillon incompressible

Bête noire des disques à base de SandForce, le test sur données incompressibles est un révélateur des propriétés d'un contrôleur en matière de gestion et d'arrangement des données.

m4-ct128m4ssd2_128gb_16gb-20120425-incompress.png


m4-ct128m4ssd2_128gb_32gb-20120425-incompress.png

Quelle que soit la taille de l'échantillon, le M4 se comporte d'une manière régulière en offrant des performances identiques.
 
Sur un échantillon compressible à 46% 
 
 
m4-ct128m4ssd2_128gb_16gb-20120425-46.png
 
 
m4-ct128m4ssd2_128gb_32gb-20120425-46.png
 
 
Même constat que précédemment, le M4 gère de manière régulière et tout en souplesse des données proches de seuils d'une application lambda. La gestion des données sur 16 ou 32 Go ne pose pas de contrainte de performances non plus. Du tout bon.
 
Sur un échantillon totalement compressible 
 
 
m4-ct128m4ssd2_128gb_16gb-20120426-compressible.png
 
 
m4-ct128m4ssd2_128gb_32gb-20120426-compressible.png
 
C'est une heureuse répétition que de retrouver (enfin !) un contrôleur constant en toutes circonstances.
 
Il semble pourtant qu'une nouvelle fois, les performances rapportées par Crucial en terme d'IOPS soient légèrement fantaisistes, ou simplement plus à jour en près d'une année d'améliorations apportées aux firmwares. Que ce soit sous CrystalMark, ou ici sous Anvil, les 40K en lecture et 35K en écritures sont largement dépassés dès que le threading est mis à contribution. C'est du tout bon, puisque c'est précisément ce genre de scénario qu'aiment les OS et les applications !
 
Les variations infinitésimales de performances sur les deux échantillons de données permettent de considérer le M4 comme un disque apte en toutes circonstances à maintenir l'optimum de ses performances. Un très bon point.
 
{mospagebreak}
{menu  Performances sur données incompressibles}
Performances sur données incompressibles

Un rapide tour sous AS-SSD permet de faire le point sur le comportement avec des données incompressibles sur les deux interfaces les plus communes du marché.

 
image_as_ssd_m4.png

Le même écart type découvert sous CrystalMark en lecture aléatoire threadée apparait ici. Les performances délivrées sur des simulations de scénarios applicatifs sont révélatrices d'une homogénéité. En applicatif, vous ne verrez pas de différence, comme sur la majorité des SSD, entre une interface SATA II et III. Ce n'est que sur de la copie de fichiers où la lecture séquentielle fait remonter la moyenne que les gains seront les plus significatifs, et en même temps, utiles à moindre mesure.
 
as-ssd-courbe-sata_iii.png
 
En terme de tenue des débits en fonction de la compressibilité, c'est d'une magnifique constance quel que soit le seuil. Cela change radicalement des rejetons en SandForce, ici le disque assure une performance homogène sur tous types de fichiers.
 
Place aux temps d'accès désormais.

image_temps_daccs_m4.png

Tout va très bien à cette échelle, l'écart est insignifiant.

{mospagebreak}
{menu M4 vs The World}

M4 vs The World

L'essence de ce test revient au positionnement du "vieux" M4 équipé de son dernier firmware face à ses comparses de tailles et prix limitrophes.
 
image_comparatif_mixte_sata_iii.png
 
Sur les débits observés sous CrystalMark, le M4 se montre d'emblée écrasant en écritures threadées par rapport à tous ses concurrents. Il a en l'occurence vraiment "pluz de puizance", et comble par un taux de lecture dans le même scénario tout aussi excellent, venant jusqu'à snober un disque de 240 Go sous SandForce tout en faisant jeu égal avec le Samsung 830 (beaucoup plus irrégulier en écriture). 
Le SSD maturé de Crucial a clairement encore son mot à dire !
 
Dans le cas plus lisse des lectures et écritures aléatoires et séquentielles, le M4 est dans les clous en restant dans le haut du panier face aux Sandforce, qui ont du coup petite mine.
 
image_comparatif_mixte_sata_iii_iops.png
 
Le cas précédent se retrouve logiquement en matière d'IOPS. Pas de trève pour les SF-2281, à mémoire synchrone ou asynchrone même sanction : ils sont derrière à haute charge, et quelques uns restent frondeurs lorsque ça tangue moins en QD1, mais uniquement en lecture.
 
A trois victoires contre une pour les 120 / 128 Go, cela reste peu flamboyant pour les "SandForce driven".
 
image_as_ssd_comparo_sata_iii.png
 
Ici, le M4 128 Go vient chatouiller tout ce qui se fait de meilleur dans son entourage en se payant le luxe en lecture aléatoire 64 threads d'aller chercher un disque Intel series 520 de 240 Go !
 
Question scénarios d'usage, c'est un peu moins folichon curieusement. Le M4 se retrouve à la traîne dans le cas "Program", là où en théorie il devrait briller, mais se veut par contre redoutable en ISO et GAME. Il semblerait qu'à ces petits jeux, le Patriot Wildfire conserve de très beaux restes et fasse encore assez mal dans l'applicatif. Le Samsung et son SoC tri-coeur continue aussi à épater la galerie en se disputant le podium des 120 / 128 Go.
 
image_comparatif_temps_daccs.jpg
 
En matière de latences en écritures, le M4 ne se foule pas trop, mais toujours dans un seuil de raison qui n'affecte aucunement la réactivité de l'ensemble. En lecture, le scénario s'inverse.
 
 
{mospagebreak}
{menu Endurance du disque à la charge}
Endurance du disque à la charge
 
Place à la douloureuse, l'usure :
 
image_as_ssd_usure_m4.png
 
La perte de performances est notable en lectures et écritures aléatoires très threadées. C'est en l'occurence de l'ordre de 30 à 55 % de pénalité qui pourraient se resentir sur des accès parallèles intenses.
Porté à la moyenne des performances, comptez toutefois 10% de pénalité sur les performances du disque.
 
 
image_temps_daccs_usure_m4.png
 
Question temps d'accès, il y a une moyenne on ne peut plus nulle de pénalité.
 
tableau_usure.png
 
La gestion de l'usure et du TRIM sont efficaces, et l'on ne dénote finalement pas de gamelle notable des performances arrivé au seuil critique de remplissage du disque. Du tout bon si vous désirez l'utiliser comme disque de remplacement dans un portable, et y stocker pas mal de données.
 
{mospagebreak}
{menu Conclusion}
Conclusion
 
 
oh3f9lxi87q6ejq6gm0r.jpgLe M4 128 Go n'a clairement pas volé la réputation qui le devance. C'est un produit on ne peut plus épatant qui affiche avec le poids de l'âge des résultats on ne peut plus d'actualité, le laissant à une place d'étalon de comparaison pour les autres produits de même taille.
 
Question qualité-prix, Crucial est assurément très bien placé. Dans la tranche des 120-150 € en fonction de la déclinaison du bundle, le M4 128 Go reste une terreur dans le milieu de gamme pour le reste des prétendants dont les tarifs se tiennent dans le même mouchoir de prix, mais pas nécesairement de performances. On préfèrera néanmoins la déclinaison nue en desktop de manière générale, sans que pour autant, le kit de transfert proposé avec un surcoût (notable) paraisse inutile pour la migration des portables (qui ont la chance d'avoir encore un lecteur optique toutefois...).
 
Alors il reste la garantie. Trois années est la moyenne du marché, et il est du coup difficile compte tenu du ratio prix / performances de lui en tenir rigueur. Le support de la marque peut être considéré comme sérieux, et la présence d'un forum en français, bien actif et modéré est un plus non négligeable.
56180jt665p56ge0y3hv.jpg
A l'heure du tsunami SandForce (qui ne semble pas s'estomper avec l'arrivée des déclinaisons SanDisk et Intel 330), c'est un réel plaisir de constater qu'il y a clairement toujours des alternatives pour assurer performances et une qualité des prestations plus constante au regard de la compressibilité des données. Avec un MTBF on ne peut plus honorable (1.2 Millions d'heures, comme pour les Intel Series 520 équipés peu ou prou de la même NAND synchrone), les soucis de jeunesse derrière, et une efficacité hors pair, vous avez peut être déja, ou allez faire un choix sûr.
 

alt

fleche Performances threadées hors pair, et performance applicative très respectables
fleche Taux stables quelle que soit la compressibilité et la taille des données
fleche MTBF correct
fleche Support du constructeur

alt

fleche Comportement curieux en lectures aléatoires parallèles en SATA II
fleche Des performances constructeur désormais périmées
fleche Un surcoût des bundles un peu exagéré

  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »

Page 1 sur 2